hypersensible-tropgentillefille-com

Hypersensible ?

Très ou parfois trop empathique ? Sensible au jugement des autres ? Parfois excessivement inquiète, anxieuse ? Il se pourrait que vous ayez une personnalité hypersensible. Décryptage.

Etre hypersensible n’est pas rare, puisque ce trait de caractère touche une personne sur cinq. C’est le résultat de l’étude menée par la chercheuse Elaine N. Aaron, qui lui a consacré un livre : Ces gens qui ont peur d’avoir peur, mieux comprendre l’hypersensibilité (Les éditions de l’homme, 2013).

Elle y explique que les hypersensibles sont souvent des personnalités intuitives et consciencieuses, capables de réaliser de grandes choses – on retrouve cette caractéristique chez de nombreux artistes – mais que l’angoisse empêche leur l’accomplissement.

Suis-je hypersensible ?

Bien sûr, l’hypersensibilité existe à des degrés divers et se manifestera de façon plus gérable d’une personne à l’autre. Mais l’on peut se qualifier d’hypersensible quand on se reconnaît dans une majorité des points suivants :

• Vous vous indignez face à l’injustice

• Vous vous sentez souvent seule et incomprise

• Vous êtes inquiète de la manière dont les autres vous perçoivent

• Vous éprouvez des colères soudaines qui étonnent votre entourage

• Vous êtes une personne à fleur de peau ; très réactive émotionnellement

• Le bruit, les endroits surpeuplés vous dérangent et vous fatiguent beaucoup

• Vous êtes très réceptive aux caresses, aux massages et au toucher en général

• Vous êtes très empathique vis-à-vis des autres, vous mettez facilement à leur place

• Vous avez vite les larmes aux yeux ou pouvez rapidement passer du rire aux larmes

• Vous êtes capable de ressentir rapidement les humeurs et émotions de vos interlocuteurs

• Vous êtes souvent envahie par un flot d’informations, de sensations, de perceptions que vous tentez d’analyser

Quand on est hypersensible, nous explique Laura, hypersensible depuis l’enfance, on a tendance à tout ressentir tout ce qui se passe autour de soi de manière exacerbée. Quand on rentre quelque part, on analyse tous les éléments, on perçoit les émotions des personnes présentes, leurs états d’âme. Quand je parle avec quelqu’un, je détecte sa fréquence radio et me mets en concordance de phase. 

Ne pourrait-t-on dire que Laura possède un sixième sens, un pouvoir un peu extraordinaire ?

Suivant les dernières études menées par des scientifiques qui étudient le cerveau, les hypersensibles sont des personnes dont le cerveau droit est beaucoup plus actifC’est là qu’y sont traitées les informations visuelles, auditives ou les émotions, favorisant ainsi une intuition supérieure à la moyenne.

Un don, en quelque sorte ?

Pas si facile pourtant, la vie d’un hypersensible. Le psychanalyste Saverio Tomasella l’explique très bien dans son article Qu’est-ce qu’être hypersensible ? pour la revue Sciences humaines : perceptions accrues, émotions vécues et exprimées plus intensément, les personnes hypersensibles sont davantage perméables, souvent à vif. Ceci peut être source de souffrance et compliquer leur rapport au monde, notamment leurs relations aux autres. Par exemple, les hypersensibles peuvent craindre le conflit, se montrer angoissés, faire preuve d’une faible estime de soi, avoir facilement honte, se sentir vite coupables, se mettre parfois très en colère ou mal accepter la critique.

Etre constamment à vif, à fleur de peau, dans une société contemporaine qui exige justement une certaine insensibilité provoque chez les hypersensibles un inconfort, une impression d’être inadapté…

Pourtant, comme le dit encore Tomasella : en contrepartie, l’hypersensibilité exacerbe également des qualités telles que la créativité, l’originalité, la capacité à s’émerveiller, l’intuition, l’empathie, le sens de la justice, l’authenticité, la joie de vivre ou la délicatesse. 

Hypersensible, que faire ?

On le voit, ce trait de personnalité peut être source de désagrément. Et de plaisir aussi ! Donc pas question de travailler à construire un mur d’insensibilité entre soi et les autres, de se désensibiliser. Mais plutôt d’accepter ce qui peut être un don, et d’aménager sa vie en fonction.

Points-clé :

• En se protégeant des situations qui rendent vulnérables. Quand on est hypersensible, il est très utile d’apprendre à détecter les situations potentiellement blessantes ou dangereuses (utilisons pour cela notre sixième sens si efficace ! ) et de les éviter. Servons-nous de notre aptitude à l’introspection et écoutons notre voix intérieure pour nous dire si quelque chose, quelqu’un nous convient ou pas. Ne nous laissons plus polluer.

• En cessant de penser que l’on est responsable de tout : le syndrome du sauveur, ça nous connaît ! Aider les autres, bien sûr, c’est faire le bon choix, mais le problème chez les hypersensibles est qu’ils ont tendance à se sentir responsables de la bonne marche du monde dans son entièreté. Or, sachez que les médias privilégient volontairement les mauvaises nouvelles, parce qu’elles font plus sensation : avez-vous déjà vu un reportage qui vous dit que tout va bien, qu’il fait beau …. et qu’il ne se passe rien ? Non, bien sûr ! Les gens heureux n’ont pas d’histoire, comme le dit très justement le dicton. Alors, un fois de plus, FILTREZ ce que vous ingérez et persuadez-vous que vous n’êtes pas responsable de tout : faire son possible, avec ses moyens, et en ne s’oubliant pas soi-même, c’est ça qui compte, dans la vie !

•  En suivant notre instinct. Dans un monde où seul le rationnel est valorisé, on peut souvent se sentir un peu à part en tant que personne ultra-intuitive. Il est pourtant tellement dommage de négliger le pouvoir du cerveau droit, celui de l’imagination, la conscience, l’inspiration. A défaut d’être toujours dans la rationalité, utilisons-les comme une force, faisons-leur confiance et surtout, soyons-en fiers !

• En apprenant à faire le vide. Parce que l’hypersensible est assailli par 1001 sensations, il se fatigue plus rapidement. Se réapproprier de la sérénité, du calme, du vide est nécessaire au bien-être et à l’équilibre. Pour cela, la méditation est tout à fait conseillée puisqu’elle enseigne l’art de rester concentré et de ne penser à rien. Et quel soulagement, n’est-ce-pas ?

Alors que pour certains ce trait de personnalité peut être la source d’un véritable mal de vivre, il sera pour d’autres une bénédiction. Surtout lorsque l’hypersensibilité est comprise, intégrée, acceptée, et mise au service d’une passion ou d’un projet.

Le tout, pour ces ultra-sensitifs, est d’arriver à gérer leur extraordinaires facultés non comme un handicap mais comme un don de la vie, un petit supplément d’âme. Et de s’en réjouir !

Dans le fond, n’auraient-t-ils pas de la chance, ces hypersensibles ?

Vous souhaitez partager vos astuces, poser des questions ? N’hésitez surtout pas à laisser un commentaire juste en bas de l’article. Partager, c’est bon pour la santé !

5 Comments

  1. Oh oh oh ! Je pense que tu commences à me connaitre et je ne vais pas t’étonner en te disant que je me suis reconnue à 90% dans ce que tu écris ! ça fait du bien de lire ça, merci merci merci, je dis toujours en « rigolant » que je suis hyper sensible et ça fait marrer les gens. Mais, même en le disant en rigolant, ce n’est pas si drôle en effet. Car si j’apprécie les larmes qui me montent aux yeux en écoutant un morceau de musique car j’en sens toute la vibration, toute l’âme du morceau, la panique et l’angoisse m’envahissent rapidement aussi avec des émotions négatives. ça se travaille tout ça ! merci pour ce parfait résumé !

  2. J’imagine qu’on peut avoir certains traits de ce portrait sans être une personne complètement hypersensible ou peut-être qu’en vieillissant, les hypersensibles s’endurcissent?

  3. Bien entendu. Selon les « spécialistes » de l’hypersensibilité, c’est lorsque l’on rassemble un maximum des caractéristiques précitées que l’on peut se définir comme tel…

    S’indigner face à l’injustice, être empathique, ne sont pas encore vus par des névroses, dans notre société. Pas encore, Ouf !!!

  4. Nathalie

    Une vraie galère. Je suis comme ça depuis toute petite et même aujourd’hui à 45 ans c’est compliqué car l’entourage ne comprend pas et on se fait souvent avoir par ce que trop gentille pas envie de blesser. Je ressens de plus en plus le besoin de calme, de sérénité. Mais c’est difficile

  5. En effet, l’entourage ne comprend pas toujours de quoi il s’agit et c’est frustrant… merci en tous cas pour ton témoignage sur ce trait de personnalité.

Leave a Reply

*