marionette

Manipulateur pervers, comment le repérer ?

On le met à toutes les sauces, on le voit partout. De nos jours, le pervers narcissique fait les beaux jours de la littérature psycho. Mais qui est véritablement cette personnalité pathologique et comment s’en prémunir ?

Gisèle a 46 ans. Elle garde un goût très amer de sa relation avec celui qu’elle avait pris au départ pour un homme charmant et attentionné, avant que les événements ne prennent une toute autre tournure : « Dans l’intimité, son visage se faisait froid, glacial. Il prétendait vouloir mon bien mais il m’humiliait en permanence, ou refusait toute communication. Cette histoire m’a complètement vidée et fait perdre confiance en moi. Pourtant, de l’extérieur, les gens étaient convaincus que je vivais avec l’homme idéal. J’avais l’impression que mes proches ne me croyaient pas… »

Charmant et attentionné ? Certainement. Parce qu’un manipulateur est avant tout un comédien : enjoué, charmeur, drôle, et même altruiste sont les qualificatifs qui reviennent le plus souvent lorsque les victimes font la description de celui qui les a séduites. Mais derrière ces facettes s’ajoutent celles, plus sombres, de sa vraie nature : une personnalité destructrice, qui se nourrit de l’énergie psychique de sa partenaire. Il la vide petit à petit, en aspire le suc et s’en délecte.

C’est ce que relate la réalisatrice Maïwenn dans « Mon roi », un film sensible et juste. On y découvre l’histoire de Tony, qui tombe sous le charme de Georgio. Intelligent, sympa, prévenant, il a tout pour plaire et se noue entre eux une belle idylle. Belle … juste pour un temps car Tony ressent comme un malaise grandissant au fur et à mesure que sa relation évolue. Sans dévoiler la fin, on peut juste dire qu’elle la laissera dévastée. On s’en serait doutées.

Et si Tony n’a pas toutes les cartes en main pour réagir rapidement, c’est parce que les mécanismes destructeurs d’une relation avec un manipulateur se distillent à feu doux, sans que l’on y prenne garde. On ne voit rien venir. Le pervers narcissique sait très bien abuser de son charme pour endormir la méfiance de sa victime jusqu’à ce qu’elle soit complètement asservie à lui et incapable de porter un jugement rationnel.

Il prend son plaisir à l’humiliation, à la domination de l’autre.

Ne s’en prennent-ils qu’aux femmes plus fragiles, plus sensibles ? Pas spécialement : la plupart de leurs partenaires sont équilibrées… au début. Par contre, parce qu’elle se remet systématiquement en question, la femme trop gentille aura plus de mal à distinguer les comportements déviants et à ne pas s’en auto-accuser : S’il me dit, c’est sans doute vrai ? Et si tout était de ma faute, en fait ? …

Quand on entend sa voix intérieure appeler au secours pour nous informer que quelque chose ne va pas, c’est le moment d’être vigilante. Et de se faire confiance, pour une fois !

Un manipulateur pervers, ce n’est pas :

L’appellation a tendance à être galvaudée. Pourtant, la qualification de pervers narcissique doit être prise avec des pincettes : il s’agit d’un véritable trouble de personnalité et non de réflexes défensifs lors d’une altercation entre les partenaires. Exemples de comportement que l’on ne peut qualifier de pervers (mais néanmoins très irritants !) :

1. Celui qui vous ment de temps à autres : les hommes ont du mal à avouer leurs faiblesses et lorsqu’ils se sentent pris en faute, ils se disculpent avec les moyens du bord. Le plus vite possible. A l’aide de quoi ? Du mensonge, bien sûr. Tant que cela ne concerne que des broutilles, ne vous focalisez pas de trop sur ces petites entorses au « contrat », énervantes bien entendu, mais sans conséquences. Car elles ne font pas de lui un manipulateur.

2. Celui qui est de mauvaise foi : sœur jumelle du mensonge, la mauvaise foi est l’alliée de celui qui se sent fautif et ne sait plus comment réagir. Comme un petit garçon pris avec le doigt dans le pot de confiture, votre partenaire aura pour réflexe de nier farouchement. Plus vous le confondez devant l’évidence, moins il admettra avoir fauté. Classique, n’est ce pas ? Pourtant, s’il s’agit de choses secondaires : mieux vaut laisser tomber. Restez philosophe et rappelez-vous que pour un homme, l’amour-propre est vital. On n’en a pas la même définition, mais soit, on le leur laisse de bon gré. Les pervers narcissiques, eux, sont autrement plus rusés.

3. S’il est désagréable : il vous critique, vous dénigre ou est régulièrement de mauvaise humeur. Ces comportements ne sont pas nécessairement le fruit d’une manipulation, tout blessants qu’ils soient. Ils peuvent par contre signifier autre chose chez un homme, comme un désir non assumé de vous quitter ou un mal-être existentiel. Tout comportement humiliant n’est donc pas synonyme de perversion, mais à nous de ne pas laisser les choses aller trop loin et de poser – rapidement – nos limites. Le manipulateur, lui, prendra soin de vous humilier à petites doses, avec des remarques à double sens qui sèment le trouble et rarement en public. Il est rusé, sait comment vous déstabiliser à l’abri des regards, bien entendu, car il soigne son image.

4. Manipulation « soft » : parce qu’on est tous un peu manipulateurs dans nos relations sociales, on ne peut pas considérer chaque tentative d’obtenir ce que l’on veut comme de la manipulation. On prétend avoir mal à la tête pour ne pas passer à la casserole ce soir ? Il fait semblant d’avoir trop de boulot pour vous accompagner ? Ce ne sont là que des mécanismes classiques dans un couple sain. La différence d’avec sa forme perverse vient de son degré et de son intention : le vrai manipulateur prend son plaisir dans la domination psychique de sa partenaire. Pas votre petit roublard…

Un manipulateur pervers, c’est :

Quand peut-on véritablement parler d’une emprise malsaine dans le couple et d’une personnalité toxique ? Dans son ouvrage « les manipulateurs et l’amour », la psychologue Isabelle Nazare-Aga donne des indications pour détecter un vampire affectif. En voici les principales :

  • Il sème la confusion dans votre esprit. Il est doué pour inverser les situations
  • Il vous culpabilise au nom de l’amour, de l’amitié, de la conscience professionnelle, …
  • Il devient tout à coup très flatteur, fait des cadeaux et se met aux petits soins pour vous
  • Il vous fait croire que vous ne pouvez pas changer d’avis ou prendre le temps de réfléchir
  • Régulièrement, il critique, dévalorise ou juge les autres
  • Il aime jouer le rôle de victime pour se faire plaindre
  • Il reporte ses responsabilités sur autrui, les accuse de ses erreurs
  • Il ne communique jamais clairement ses demandes, fait des sous-entendus
  • Il répond souvent de façon floue, il déforme ou interprète les propos
  • Il ne supporte pas la critique et nie l’évidence

On peut se demander si ces individus ont conscience du mal qu’elles font à leur entourage ? Selon Isabelle Nazarre-Aga, la réponse est non. La psychologue ajoute qu’ils sont comme « figés dans la petite enfance » et incapables de comprendre la souffrance. En grand déficit d’empathie, les manipulateurs ne respectent pas les autres et cherchent à se satisfaire en premier lieu et à leurs dépends. Sans affects, ils sont incapables d’aimer.

S’ils n’en comprennent pas la douleur, ils sont par contre en mesure de percevoir la domination qu’ils exercent sur autrui : peur, état de confusion, perte de confiance en soi, et d’en jouir. Persuadés qu’ils détiennent la vérité, installés dans un incroyable déni, il est inutile d’en espérer la moindre prise de conscience. La fuite sera seule issue.

Comment réagir face au pervers narcissique :

Changer avec le temps ? Se rendre compte et demander pardon ? Ces espoirs sont vains, toute vie de couple heureuse avec eux est illusoire. A l’instar de la période « lune de miel » dans les cas de violence conjugale, il se peut que le pervers vous couvre ponctuellement de ses largesses ou de tendresse mais il s’agira plutôt d’endormir votre méfiance que d’affection authentique.

« Authentique » ne fait pas partie de son vocabulaire.

Ne vous laissez pas avoir et n’en espérez rien : cela ne peut pas marcher avec ce grand handicapé du sentiment, jamais et avec aucune partenaire. Le quitter est l’unique option, en prenant soin d’assurer ses arrières et au risque d’être un peu parano (vengeur, le pervers pourrait bien chercher à vous nuire.)

Aujourd’hui, heureusement, la connaissance du phénomène s’est généralisée et le monde médical prête plus d’écoute aux victimes. Consultez un thérapeute qui vous aidera à remonter la pente et à sortir de l’état de confusion mentale dans lequel vous avez été plongée. A refaire, petit à petit, confiance à la vie.

Et vous, avez-vous déjà été victime d’un pervers narcissique ?

Vous souhaitez partager vos astuces, poser des questions ? N’hésitez surtout pas à laisser un commentaire juste en bas de l’article. Partager, c’est bon pour la santé !

3 Comments

  1. Bonjour,

    Très chouette article. Voici les trois points que j’ai particulièrement apprécié :
    – le témoignage en début d’article
    – ce que le pervers n’est pas
    – l’empathie qui s’en dégage

    Bonne journée

  2. Mapi

    Bonjour,

    J’ai trouvé votre article trés interessant. Il aide à mieux comprendre les choses et à s’aperçoive de ce qu’il se passe.

    Je pense être dans une relation avec ce genre de personne toxique, ça fait 2 ans que je suis avec cette personne et cela fait 2 ans que je dépéris, il m’a fait subir plein de chose sans que j’y réagisse, je viens de m’en rendre compte et je m’en rend compte de plus en plus de choses au plus les jours avancent, des mensonges sans preuve réelle à l’appui tellement il est subtil, même si c’est flagrant dans ce qu’il me dit, etc.. j’essaie d’en sortir mais j’ai incroyablement difficile, ça fait deux jours que j’ai pris l’initiative de ne plus répondre à ces sms (il a réussi à ne pas finir la relation même si elle se fait à distance depuis un mois si pas plus) et il me renvoie toujours les mêmes messages qu’avant malgré tout qui sont : « Bonjour mon coeur, ça va mieux? tu as bien dormi? Je t’aime, tu me manques », ou un peu plus tard : »Ca va mon coeur? », un simple point d’interrogation accompagné d’un smiley « ? », « Tu es fachée contre moi? », etc. Toutes les heures je reçois un message de ce style et au soir un message disant : « J’espère que ça va, je te souhaite une bonne nuit si tu es au lit, je t’aime tu me manques, tous pleins de bisous » avec plein de smileys d’amour. Je suis entrain de m’aperçevoir que quelqu’un qui tiendrai réellement à moi s’inquièterai et que lui ne le fais pas particulièrement..

    Qu’en pensez-vous?

    Merci pour votre réponse !

  3. Bonjour Mapi. Merci pour votre témoignage sur le site, qui aidera peut-être les autres personnes. Pour vous répondre, je dirais d’abord qu’il est difficile de poser un jugement à distance et sans en savoir plus sur votre histoire. Mais une chose doit vous alerter : votre malaise intérieur. Il me paraît évident que vous êtes mal à l’aise dans cette relation, avec ces doutes et craintes, sans doute émis par votre voix intérieure qui essaye de vous alerter que quelque chose ne va pas. Et rien que cela doit vous inciter à être sur vos gardes. A votre place, je n’hésiterais pas à consulter un(e) thérapeute qualifié(e) dans les relations de couple, pour vous aider à y voir plus clair, et qui sait, à vous sortir de l’emprise d’un manipulateur. Bonne chance.

Leave a Reply

*